La plus grande menace pour notre liberté

La plus grande menace pour notre liberté est si proche de nous qu’elle nous échappe

Imaginez-vous en train de dormir. Quelqu’un s’approche et vous réveille, mais vous êtes en plein milieu d’un rêve. L’appel au réveil est vécu comme une vague prise de conscience que quelque chose ne va pas.

Nous sommes dans ce rêve et, à chaque instant, nous avons la possibilité de nous réveiller. Que notre expérience de la vie soit agréable ou difficile, nous avons beaucoup plus de liberté que nous ne le reconnaissons. Oui, le monde a des frontières, des lois et des restrictions qui peuvent limiter physiquement certaines actions. Pourtant, nous avons toujours une infinité d’options à notre disposition à chaque instant, ainsi que la liberté sans limite de notre monde intérieur. La plus grande menace pour notre liberté est notre propre esprit.

Nous perdons notre liberté au moment où nous oublions que nous l’avons. Il est facile de se perdre dans son propre esprit, dans le labyrinthe des pensées, des désirs et des craintes, dans le récit constant des jugements, des souvenirs et des futurs imaginés. Nous perdons de vue les possibilités infinies qui existent à chaque instant, et nous perdons notre liberté de choisir parmi ces possibilités.

Notre esprit est notre outil. Il est très pratique pour traiter l’information et donner un sens au monde que nous vivons, pour planifier et se souvenir, pour communiquer et apprendre. L’esprit a le potentiel d’être notre serviteur, mais beaucoup d’entre nous se comportent comme si nous étions ses sujets, obéissant à ses moindres caprices.

Pour former notre esprit à être notre serviteur, nous devons d’abord reconnaître que nous ne sommes pas vos pensées. Penser est juste quelque chose que notre esprit fait, à chaque instant de notre vie et parfois même dans les phases du sommeil léger. Mais nous n’avons pas à écouter toutes nos pensées, nous ne devons pas nous laisser prendre par leur drame, et nous pouvons apprendre à observer les pensées sans nous identifier à elles. (C’est une bonne nouvelle car les recherches montrent que la plupart des pensées sont répétitives et négatives. C’est terrible !)

Toutes nos pensées ne sont pas vraies. Nous ne dirions probablement jamais que toutes les pensées de quelqu’un d’autre sont des vérités absolues, alors pouvons-nous honnêtement donner plus de crédibilité à notre propre opinion ? Croire que chaque pensée que nous avons est vraie est similaire à croire que chaque information que nous lisons ou entendons est vraie. Notre esprit fait tourner les choses et nous ne voyons souvent qu’une seule perspective. En réalité, nos jugements ne sont pas toujours corrects. Nous faisons tous des erreurs et nous avons tous des malentendus. Nous arrivons tous parfois à des conclusions erronées. Nous faisons tous de mauvais choix en cours de route.

Si nos pensées sont répétitives, implacables et parfois malavisées, nous ne devrions pas les prendre autant au sérieux. Nous ne pouvons pas facilement arrêter le flux constant de bavardage dans nos têtes, mais nous pouvons apprendre à baisser le volume, comme si les pensées n’étaient qu’une musique de fond.

Que se passe-t-il lorsque nous nous séparons de nos pensées ? Que se passe-t-il si nous prenons du recul et regardons les choses à distance pendant un moment ? Explorons cela pendant un moment, utilisons notre esprit comme un outil au lieu de nous laisser utiliser par lui. Vous êtes prêts ?

Nous n’êtes pas nos pensées. Il est possible d’observer simplement nos pensées qui passent, qui vont et qui viennent. Dans les états de méditation profonde et dans les moments d’expérience maximale, il est possible de faire l’expérience de larges brèches de silence lorsque nos pensées s’apaisent.

Nous ne sommes pas non plus l’histoire de notre vie. Nous ne sommes pas les choses qui nous sont arrivées dans notre passé. Le passé a disparu, comme “l’eau passée sous le pont”. Nous ne pourrons jamais y revenir dans la réalité, il n’existe nulle part ailleurs que dans notre esprit. Nous ne pouvons en rejouer que des fragments dans notre mémoire, comme le YouTube ultime. Nous pouvons lire des parties de notre passé dans notre journal ou les voir dans un album photos, et nous continuons à les évoquer dans notre esprit. Nous pouvons choisir des parties de notre passé pour créer notre histoire, mais rendons-nous compte que nous choisissons ce que nous voulons inclure et ce que nous voulons omettre, c’est un processus créatif.

Nous ne sommes pas notre passé et nous ne sommes pas non plus notre ego. Il me semble encore plus urgent à ce stade de l’Histoire de revisiter ce concept libérateur de manière plus approfondie. Nous sommes confrontés à une profonde division en tant qu’espèce, dans ce pays et dans d’autres parties du monde, un gouffre bien plus difficile à contourner et plus surréaliste que le Grand Canyon.

Nous devons trouver un terrain d’entente, car la probabilité est réelle que nous soyons confrontés à des jours sombres à l’avenir. Ce qui m’amène à mon prochain point :

Nous ne sommes pas notre parti politique. Nous ne sommes pas notre religion. Nous pouvons choisir de croire en ces choses parce que nous avons décidé qu’elles sonnent vrai, mais nous sommes également libres de changer d’avis sur ces loyautés.

Nous ne sommes pas les rôles que nous jouons dans notre vie – femme, mari, mère, père, fille, fils, ami, employé, employeur, la liste est longue… Nous choisissons de continuer à jouer ces rôles, mais nous pouvons aussi choisir d’arrêter.

Nous pouvons choisir de nous identifier à l’un de ces concepts, et nous pouvons utiliser ces étiquettes pour peindre une vision de “qui nous sommes”

Mais nous ne sommes pas cela.

Et pourquoi pas ? Parce qu’à tout moment, nous sommes libres d’abandonner ces rôles et ces affiliations. Nous pouvons choisir d’être, de faire ou de croire quelque chose de complètement différent.